Le bilan (humoristique) d’un stage en entreprise

0
1068

Le quotidien d’un stagiaire n’est jamais simple à décrire, tout comme ses motivations et les enseignements de son expérience. A rebours des études plus ou moins sérieuses qui abondent sur ce sujet. En jouant la carte de l’humour, nous allons décrire les raisons qui ont incité les candidats à proposer leur profil, leurs activités au quotidien, leurs réflexions en réunion et le contenu de leur rapport de stage.

Le choix de l’entreprise

On apprend que 91 % d’entre eux ont fini dans leur société de stage parce qu’ils n’avaient plus qu’une semaine pour en trouver une… Le reste de « l’étude » est à l’avenant, en évoquant des raisons tout aussi sérieuses : 4 % des stagiaires ont été motivés par les bonnes conditions de travail de l’entreprise, 3 % d’entre eux souhaitaient seulement percevoir une paie et les 2 % restants voulaient « s’enrichir d’une expérience professionnelle pour mettre en pratique le savoir accumulé durant les études », comme le veut la formule consacrée

La répartition des tâches

Toujours avec humour, on y apprend que son temps est occupé à 30 % par des photocopies à faire, à 10 % par la préparation du rapport de stage, à 10 % par la consultation d’Internet et à 50 % par ne rien faire du tout. L’étude perce aussi à jour les pensées des stagiaires pendant une réunion : 40 % d’entre eux ont l’impression d’être invisibles, 20 % se demandent ce qu’ils vont faire après et autant se disent qu’ils détesteraient travailler vraiment là, 10 % se demandent ce qu’ils vont écrire dans leur rapport et 10 % enfin s’efforcent de garder un air sérieux.

Le fameux rapport de stage

L’écriture du rapport final est un passage obligé pour tous les stagiaires, dont l’importance est bien souvent aussi minime que l’inspiration dans cette tâche. On peut donc décomposer un rapport de stage comme suit : 80 % de son contenu est consacré à des informations qui ne seront lues par personne, 10 % à des remerciements de rigueur et 10 % au plan et à l’introduction copiés sur ceux d’un précédent stagiaire.