Minimiser les risques avec l’externalisation offshore

0
423
Call centre workers sitting in line while helping people on computers

Tout comme le webmarketing, l’externalisation offshore est devenue le quotidien des entreprises d’aujourd’hui. Il a ses avantages et ses inconvénients, mais pour mieux affronter les mauvaises passes, il suffit de bien se préparer. L’externalisation offshore est une bonne stratégie si l’on veut augmenter son chiffre d’affaires.

Tout peut fonctionner à merveille si l’on se concentre sur les points essentiels. Il ne faut jamais oublier ses objectifs. Le fait de se précipiter peut engendrer des conséquences. Il faut également connaitre la limite de l’externalisation pour ne pas faire d’erreurs surtout qu’il y a toujours un risque à courir dans ce genre d’activité.

Quelles sont les limites de l’externalisation ?

On peut effectivement confier des tâches à une société offshore. C’est vraiment une stratégie parfaite pour maximiser le profit. Cependant, toute bonne chose a quelque part une faille. L’astuce serait de les contrôler en établissant une feuille de route. Cette dernière renfermera le terme du contrat c’est-à-dire les objectifs de l’externalisation, ses conditions et les moyens de contrôle, et ce, quelle que soit la nature de l’activité. Pour en savoir plus, allez sur le lien. Il en est de même avec le déroulement du travail qui doit être en général, établi à l’avance. Les deux parties doivent connaitre les compétences de l’un et de l’autre pour avoir une idée précise de l’objectif à atteindre.

Le contrat d’une activité offshore est différent des autres contrats de sous-traitance. À part la paperasse, il y a une ligne de confiance qu’il faut établir sans quoi l’entreprise pourrait perdre gros. Pour cela, il faut que le représentant de la société et le prestataire se rencontrent, et si possible au cœur même de l’activité. Déjà, l’entreprise constatera les conditions de travail ainsi que les équipements utilisés pour mener à bien l’opération. Mais avant cela, il faut prendre en compte certains critères comme le coût de la prestation, la zone d’implantation de la société offshore et le niveau de compétences du prestataire. Ce serait aussi l’idéal si un représentant du client prend en charge le suivi de l’externalisation.

Quels sont les risques à maitriser ?

On ne peut pas contester les avantages que la stratégie d’externalisation peut apporter à une entreprise. Cependant, il y a un énorme risque qu’il faut maitriser si l’on veut que le projet soit un franc succès. On peut catégoriser trois grands risques possibles à un projet d’externalisation :

  • Les risques intrinsèques c’est-à-dire les risques du projet lui-même. Le fait de confier une tâche cruciale de l’entreprise entre les mains d’un étranger.
  • Les risques spécifiques qui en générale, concernent toute l’opération de plus petite au plus grand de la hiérarchie. Il y a les risques liés au contrat, les risques par rapport au pays d’implantation, les risques d’externalisation en chaîne, les risques par rapport à la perte de personnel compétent, les risques sur les tâches à exécuter, etc.
  • Les risques sur le respect de l’entente. Cela peut concerner le coût de la prestation ou bien le non-respect des délais. Il se peut également que le prestataire sorte du script et modifie le schéma de la cible.

Il peut également y avoir une dégradation du climat social ce qui peut conduire à un reclassement de certains salariés.