L’évolution des salaires dans la fonction RH

0
1467

La question de la rémunération des cadres est abordée dans différentes études. Les résultats obtenus confirment les tendances observées par une étude précédente menée pour le magazine Entreprise & Carrières, selon laquelle les DRH français se situent parmi les mieux rémunérés en Europe. Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ce nouveau sondage, qui permet de dégager quelques particularités notables en matière de salaire, d’avancement et d’inégalités.

La rémunération des cadres

Les dernières années ont été marquées par une hausse globale des salaires des cadres. Cette tendance vaut pour 2014, avec une croissance des rémunérations de l’ordre de 1,5 % pour les cadres RH (0,9 % pour l’ensemble des cadres), mais aussi pour 2015, avec des salaires augmentant encore de 1,1 % dans la fonction RH (1,2 % de hausse pour les cadres de tous les secteurs en moyenne). La situation des cadres RH s’avère tout à fait positive, puisque l’on observe des opportunités de carrière plus nombreuses pour eux, en hausse de 18 % Enfin, on remarque que la profession la plus impactée par les augmentations salariales est celle de juriste en droit social, avec une augmentation de plus de 3 % en un an.

Des salaires très variables

Dans cette branche, les salaires se révèlent très fluctuants. On remarque des variations majeures dans les rémunérations pouvant aller du simple au triple, avec des salaires s’élevant en moyenne à 35 000 euros pour les jeunes diplômés et pouvant culminer à 12 3000 euros pour les DRH expérimentés. Il faut également ajouter aux rémunérations des différentes professions RH (formateur, responsable, technicien paie, etc.) les primes qui occupent une part toujours plus importante des émoluments perçus. Ce facteur, qui n’est pas pris en compte dans l’enquête, explique donc les salaires moins importants recensés par rapport aux études antérieures.

Des inégalités persistantes

L’étude corrobore les conclusions de la note de conjoncture rédigée par l’entreprise Deloitte et l’ANDRH en début d’année 2015. C’est le cas en ce qui concerne les disparités rencontrées dans les rémunérations de la fonction RH. Si le secteur s’avère comprendre des femmes en nette majorité (88 %), celles-ci sont moins payées que leurs confrères masculins à responsabilités égales. Les écarts sont importants ici, puisqu’on observe une différence de près de 3 % pour les non-cadres et légèrement supérieure à 7 % pour les cadres RH. Il existe cependant peu de différences entre les salaires perçus à Paris et en province.